Les Aigles Impériaux


 
AccueilCalendrierGalerieFAQMembresS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
Louis
 
Lannes
 
O'Higgins
 
Bruix
 
Colonel Napoléon I
 
{LCR}Coignet
 
Cassiius
 
Capitaine Montcalm
 
Duchesse de Montebello
 
Kléber
 

Partagez | 
 

 Jean Lannes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lannes
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1526
Age : 28
Date d'inscription : 17/12/2008

MessageSujet: Jean Lannes   Sam 27 Déc - 18:41

Maréchal Lannes

Napoléon à Sainte-Hélène :

« Lannes, le plus brave de tous les hommes était assurément un des
hommes au monde sur lesquels je pouvais le plus compter... L'esprit de
Lannes avait grandi au niveau de son courage, il était devenu un
géant ».


Naissance/mort:
né le 10 Avril 1769 à Lectoure (Gers), mort le 31 Mai 1809 à Ebersdorf
après la Bataille d'Essling où il fut blessé le 22Mai.

Allégeance: République Française , Empire Français.

Grade final: Maréchal d'Empire.

Service: 1792-1809(mort)

Faits d'armes:
1796 : Bataille du pont de Lodi
1796 : Bataille de Bassano
1796 : Bataille du pont d'Arcole
1800 : Bataille de Montebello
1805 : Bataille d'Ulm
1805 : Bataille d'Austerlitz
1805 : Bataille d'Iéna
1806 : Bataille de Pułtusk
1807 : Bataille de Friedland

Distinctions :

Grand-Aigle de la légion d'honneur
Commandeur de la Couronne de Fer d'Italie
Grand-Croix de l'ordre de Saint-Henri de Saxe
Duc de Montebello
Prince de Sievers
Pair de France
Hommage :
Son nom est inscrit au côté Est de l'Arc de triomphe de l'Étoile

Le 14 novembre 1796, Bonaparte remarque encore une fois le courage de Lannes au cours de la bataille du Pont d'Arcole
où Lannes bien que blessé remotive les troupes mises en difficulté par
les Autrichiens et lance une contre-attaque, qui permet d'éviter que Bonaparte soit fait prisonnier. Il totalise lors de cette bataille trois blessures.
Pour le remercier, Bonaparte lui remet le drapeau que le corps
législatif lui a envoyé en l'honneur de sa victoire, et l'accompagne de
ces termes :
<blockquote>
Citoyen Général, le Corps Législatif a voulu honorer l'armée d'Italie dans son général. Il y eut un moment, aux champs d'Arcole,
où la bataille incertaine eut besoin de l'audace des chefs. Plein de
sang et couvert de blessures, vous quittâtes l'ambulance, résolu de
vaincre ou de mourir. Je vous vis constamment au cours de cette journée
au premier rang des braves. C'est à vous d'être le dépositaire de cet
honorable drapeau qui couvre de gloire les grenadiers que vous avez
constamment commandés.

Napoléon peu après la mort de Lannes :

« Je perds le général le plus distingué de mes armées, celui que je
considérais comme mon meilleur ami ; ses enfants auront toujours des
droits particuliers à ma protection ».


Napoléon à Sainte-Hélène :

« Lannes, lorsque je le pris pour la première fois par la main, n'était qu'un ignàrantaccio.
Son éducation avait été très-négligée ; néanmoins, il fit beaucoup de
progrès, et, pour en juger, il suffit de dire qu'il aurait fait un
général de première classe. Il avait une grande expérience pour la
guerre; il s'était trouvé dans cinquante combats isolés, et à cent
batailles plus ou moins importantes. C'était un homme d'une bravoure
extraordinaire : calme au milieu du feu, il possédait un coup d'œil sûr
et pénétrant, prompt à profiter de toutes les occasions qui se
présentaient, violent et emporté dans ses expressions, quelquefois même
en ma présence. Il m'était très-attaché. Dans ses accès de colère, il
ne voulait permettre à personne de lui faire des observations, et même
il n'était pas toujours prudent de lui parler, lorsqu'il était dans cet
état de violence. Alors, il avait l'habitude de venir à moi, et de me
dire qu'on ne pouvait se fier à telle et telle personne. Comme général
il était infiniment au-dessus de Moreau et de Soult ».
(O'Meara.)


Chaptal dans Mes souvenirs sur Napoléon édité en 1893 :

« Deux ou trois généraux avaient conservé auprès de lui (Napoléon)
une liberté de pensée et de conduite que les autres n'avaient pas. Le
maréchal Lannes est néanmoins le seul qui ait gardé sa franchise et son
indépendance. Passionné pour Napoléon, il n'a jamais souscrit aux
caprices de son maître, il ne lui a jamais ni masqué ni caché sa
manière de voir. Sur le champ de bataille comme à la Cour, il ne lui
taisait aucune vérité. Aussi étaient-ils presque toujours brouillés, ou
plutôt en bouderie ; car le raccommodement le plus entier s'opérait à
la première vue, et le maréchal terminait presque toujours en disant
avec humeur qu'il était bien à plaindre d'avoir pour cette catin une
passion aussi malheureuse. L'Empereur riait de ces boutades, parce
qu'il savait qu'au besoin, il trouverait toujours le maréchal ».


source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lannes
</blockquote>
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Lannes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» Jean Le Bon
» [Vidéo] La Légende d'Ignaqua : Interview de Jean-Christophe DRUEZ
» Jean-michel du 59...
» Les grands 2008 de la Maison Jean-Pierre Moueix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Aigles Impériaux :: BUREAU DU MARECHAL :: Règles & Recrutement :: Les membres et leur histoire-
Sauter vers: